La Digue et son Anse Source d’Argent

Plage d'Anse Source d'Argent, Seychelles

Cette petite île de l’archipel des Seychelles se trouve à environ 20 minutes de ferry du port de Praslin. C’est une île à ne pas manquer lors de votre visite des Seychelles.

Seychelles

S’y rendre depuis Praslin est assez simple. En ce qui nous concerne, nous avons pris le bus local depuis la Côte d’Or qui en environ 15 minutes nous a déposé au port. Le bus est assez traditionnel, mais fiable, sauf peut-être du point de vue des horaires. Pour à peine 5 roupies par personne et par trajet, c’est vraiment un moyen de transport pratique et économique.


Une fois arrivés au port, nous avons acheté nos billets pour la traversée, l’aller-retour coûtant tout de même 54€. A l’inverse du bus, le ferry est assez grand et moderne. Heureusement, car il y a foule sur le quai… L’embarquement est proche de celui d’un vol EasyJet, certains touristes ne savent pas se tenir et bousculent les autres comme s’il n’y avait pas assez de place pour tout le monde!

L’arrivée sur l’île offre des paysages dignes d’une couverture de magazine de vacances. L’eau est turquoise et on aperçoit quelques rochers de granit qui font le charme des plages seychelloises.

Aussitôt descendus du bateau, nous entamons notre balade découverte de La Digue. Tout d’abord, il nous faut trouver des vélos: l’île n’est pas très grande et se visite très facilement avec ce moyen de transport. Comptez 100 roupies par vélo chez Tati’s (juste après la jetée). On ne garantit pas le vélo dernier cri. D’ailleurs celui d’Anne-Sophie n’avait qu’un frein, dont l’efficacité laissait à désirer.

Nous avions lu que seuls les vélos et les chars à boeufs étaient autorisés pour se déplacer sur l’île. Force est de constater que ce n’est pas le cas! Nous avons croisé quelques voitures ou bus qui transportaient des touristes. Il semblerait que la modernité soit de plus en plus présente sur cette petite île.

Première étape: l’Union Réserve, dans laquelle se trouve la plus belle plage du monde. L’Anse Source d’Argent.
L’entrée est payante, 100 roupies par personne. Le parc est assez grand et on y trouve une exploitation de vanille et d’huile de coco. Ces deux produits sont récoltés et transformés de manière artisanale par les habitants. D’ailleurs n’oubliez pas d’emporter avec vous quelques brins de vanille séchée ou d’huile de coco.

Une autre curiosité de cette réserve, mais que vous ne pourrez pas emporter, ce sont ses énormes tortues. C’est incroyable de remarquer à quelle point ces tortues peuvent être rapides lorsqu’il s’agit de grignoter les quelques feuilles que nous leur tendons.

Nous arrivons ensuite au bout du chemin. Littéralement.
Nous posons nos vélos à l’entrée du restaurant L’Ambouzir et nous nous dirigeons vers la plage. Celle qui laisse la plage de Leonardo DiCaprio en Thaïlande (The Beach) loin derrière dans le classement. On en a vu des plages et des plages, mais là, on est sur « LA » plage… Le sable est blanc, fin et doux, bordé par des centaines et des centaines de pierres de granit de toutes formes, tailles et couleurs.
Il nous a bien fallu environ une heure pour en parcourir les deux tiers. Nous avons eu de la chance, la marée était basse. A marée haute, vous ne pourrez pas aller aussi loin.

Cette longue balade sous le soleil de midi nous a ouvert l’appétit et nous avons décidé de manger à L’Ambouzir où nous avions laissé nos vélos. C’est une petite paillote qui ne compte pas plus de huit plats différents: quatre de poisson et quatre de poulet. On se laisse tenter par le poulpe et un poisson grillé. Sans le savoir nous venions de commander l’un de nos plus bons repas du séjour et à un prix dérisoire, malgré l’emplacement exceptionnel de cette adresse…

Deuxième grande étape de la balade: Grande Anse, une plage se trouvant à environ vingt minutes de la réserve, toujours à vélo. Le trajet n’est pas de tout repos, il faut passer une petite colline pour se rendre du côté de la plage. Si vous n’êtes pas sportif, vous risquez de tirer un peu la langue!

La plage est vraiment belle, la mer est déchainée et de beaux rouleaux se forment à l’avancée des vagues. C’est d’ailleurs visiblement un spot de surf privilégié de l’île où se retrouvent les habitants de La Digue.

Comme nous avions décidé de reprendre le ferry de 17h00, il était temps pour nous de repartir en direction du port, et selon le temps qu’il nous resterait, de pousser un peu plus au nord avant de revenir sur nos pas. Nous avons donc eu le temps d’aller découvrir deux ou trois « Anses » de plus.

Juste après le luxueux hôtel « Domaine de l’Orangeraie », nous sommes arrivés sur une longue plage, l’Anse Sévère, très belle plage où il est possible de se baigner. Un peu plus loin, nous avons atteint l’Anse Patate, un vrai joyau tout au nord de l’île, qui a clôturé avec brio cette balade.

Malheureusement, un problème de carte mémoire nous a privé de quelques belles photos de ces plages, mais qui sait, nous reviendrons peut-être un jour.

Articles similaires

Laissez un commentaire, ça nous fait plaisir !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.