La balise GPS Nautilus LifeLine et sa pochette de protection

Assurer sa sécurité en plongée avec la balise GPS Nautilus LifeLine

In Equipement plongée by Anne-SophieLaisser un commentaire

La sécurité doit être en permanence la priorité numéro 1 pour nous, plongeurs. Même si l’expérience permet de réduire certains risques, elle n’évite pas les problèmes qui peuvent survenir, hors de notre contrôle. Il existe différents types de dispositif de sécurité en plongée. On peut nommer, entre autres, le sifflet, le tube de signalisation, le miroir, et le klaxon basse pression. Tous ces équipements sont pratiques, mais ils ont une courte portée. Dans le cas rare mais possible où nous n’arrivons pas retrouver le bateau à notre remontée de plongée, la situation peut devenir alarmante. Et nos dispositifs de sécurité à courte portée ne pourront pas beaucoup nous aider. La solution ? Une balise GPS étanche, comme le Nautilus LifeLine, que nous avons finalement décidé d’acheter.

Qu’est ce que le Nautilus LifeLine Rescue GPS ? Et à quoi ça sert ?

Une balise GPS étanche et un dispositif d’urgence

Si vous êtes perdu en mer pour une quelconque raison, le Nautilus LifeLine vous permet d’envoyer votre position à tous les bateaux présents dans un rayon de 55 km afin d’être localisé et secouru (le fabricant indique un rayon de 34 miles). Conçue pour tenir facilement dans une main, la balise a été pensée pour tous ceux qui ont une activité sur l’eau ou sous l’eau, mais qui n’ont pas d’autre moyen de communication efficace avec eux : surfers, paddlers, kite-surfers…et plongeurs, bien entendu. 

La balise s’utilise n’importe où dans le monde sans aucun abonnement. Elle fonctionne avec des piles que le fabriquant conseille de changer tous les 5 ans. La balise est étanche jusqu’à 130 mètres, on peut la prendre avec nous sous l’eau sans risquer qu’elle prenne l’eau (l’appareil est étanche grâce à un joint torique entre le capuchon et le corps de la balise).

En quoi le Nautilus est-il utile pour les plongeurs ? 

Pour des raisons évidentes de sécurité. Malheureusement, on entend régulièrement des histoires de plongeurs qui sont remontés à la surface sans voir un bateau à l’horizon. La plupart du temps, le bateau n’est pas loin et les retrouve rapidement. Parfois, les plongeurs dérivent plusieurs heures. Perdus à cause des courants, des vagues, d’un problème mécanique du bateau, ou de l’inattention de l’équipage… Il existe tout un tas de facteurs qui peut amener à une situation d’urgence.

La balise GPS est le dispositif de sécurité le plus performant en plongée. Elle est beaucoup plus efficace que le tube de signalisation, que le miroir ou que le sifflet : le Nautilus LifeLine a un rayon d’action de 55 km, et d’après son fabricant, une précision qui vous localise avec une marge d’erreur d’1 mètre 50 seulement. Les chances qu’aucun bateau ne se trouve dans ce périmètre autour de vous sont ultra minces.

Nous avons longtemps hésité à acheter ce type de produit. D’un côté, le Nautilus LifeLine représente un certain budget. D’un autre, notre sécurité en plongée ne devrait pas avoir de prix, au vu des conséquences qu’un problème peut avoir en mer.

Une année à travailler et à plonger à Raja Ampat nous a rappelée la force des éléments, et surtout, que nous sommes tout petits et sans grande ressource, au milieu de l’océan. A notre retour, nous avons décidé de sauter le pas et de finalement acheter cette balise GPS. Cet article n’est pas sponsorisé par la marque, nous nous sommes procurés le produit par nos propres moyens, et nous voulions vous le faire découvrir.

Est-ce que j’en ai vraiment besoin pour plonger ?

Ce n’est sûrement pas à nous de répondre à cette question. Nous allons plutôt tenter d’apporter des pistes de réflexion pour ceux qui hésiteraient à acheter le Nautilus LifeLine.

Chacun d’entre nous est responsable de sa propre sécurité

Si tout le monde avait l’option de partir en plongée avec une balise GPS « au cas où », nous serons tous d’accord (enfin presque), la majorité d’entre nous en prendrait une. En plongée, la sécurité doit toujours rester la priorité numéro 1.

Nous avons été les premiers à sauter au plafond en voyant le prix du Nautilus. 

« C’est beaucoup trop cher et pas indispensable, on verra plus tard ! »

Et puis on a continué à s’équiper pour nos voyages. On a acheté un caisson d’appareil photo, un flash, une lampe vidéo…

Le Nautilus Lifeline coûte le prix d’une stab de voyage. Ou d’un grand sac de plongée. Et il coûte beaucoup moins cher qu’un caisson d’appareil photo, qu’une bonne torche, ou qu’une bonne combinaison 5mm. Des accessoires de plongée que nous avons, pour la plupart, tous chez nous.

Posez-vous la question : « Quel prix a ma sécurité ? »

De notre point de vue, dans un monde idéal, toutes les personnes qui plongent au large des côtes devraient le faire équipées d’une balise GPS :

  • Les plongeurs en carrière ou dans des environnements réputés calmes et sécurisés (proximité du bord, peu de vagues ou de courant) nous semblent peu concernés.
  • Si vous plongez toujours dans le même environnement et vous êtes certains de pouvoir être secouru à la surface sans l’aide d’une balise GPS, le LifeLine ne vous servira sans doute pas à grand chose.
  • Si vous voyagez souvent, sans connaître plus que ça ni les conditions de plongée, ni les infrastructures avec lesquelles vous plongez, et que vous prenez votre sécurité au sérieux, dans ce cas, vous pouvez réfléchir à acheter un Nautilus LifeLine. Surtout si vous plongez dans des régions où les courants sont forts et imprévisibles comme à Raja Ampat, à Komodo, ou dans les passes aux Maldives. Même si la plupart des guides sont expérimentés, ils ne peuvent pas nous éviter tous les problèmes qui peuvent survenir pendant des plongées dérivantes ou aux courants changeants.
  • Plonger avec un Nautilus Lifeline est imposé par la plupart des opérateurs de croisière plongée aux Galapagos. Certains opérateurs en prêtent gratuitement, d’autres les louent, il faut bien se renseigner avant de partir.

Comment fonctionne le Nautilus LifeLine ?

Une mise en service de l’appareil toute simple

Imaginez-vous remonter à la surface après une plongée dérivante. Masque autour du cou, détendeur hors de la bouche, vous cherchez le bateau du regard. En vain. Les vagues, sans être énormes, vous empêchent de voir très loin. 5 minutes passent. Vous utilisez votre sifflet à plusieurs reprises. Toujours rien. Les autres plongeurs commencent à s’inquiéter. Et vous aussi.

Dans ce genre de situation et si on n’a jamais appris à gérer une urgence, notre esprit se brouille, notre vision se rétrécit, et on n’arrive plus à réfléchir de manière rationnelle. Les actions que nous devons accomplir pour nous venir en aide doivent être simples.

Pour mettre en route le Nautilus :

  • On ouvre le couvercle
  • On appuie sur le bouton bleu pour allumer la balise
  • On déroule l’antenne
  • On appuie 5 secondes sur le bouton rouge pour commencer à transmettre notre appel à l’aide.

Le Nautilus étant un dispositif d’urgence à n’utiliser qu’en cas d’urgence, nous n’avons pas pu le tester à 100%. Nous nous sommes limités à manipuler l’appareil et le configurer correctement pour qu’il, on l’espère, fonctionne en cas de besoin.

Attention
Avant de pouvoir être utilisé, le GPS doit être configuré sur la région du monde dans laquelle vous vous apprêtez à plonger, et doit être programmé. Il vous faut installer l’application Nautilus GPS sur votre téléphone pour cette étape. La documentation en ligne mis à disposition explique clairement comment configurer et tester le Nautilus mais le « jargon » des fréquences SIA ou ASN, ou des numéros MMSI peut être difficile à appréhender si on en a jamais entendu parler.

Avant de pouvoir être utilisé, le GPS doit être configuré sur la région du monde dans laquelle vous vous apprêtez à plonger, et doit être programmé. Il vous faut installer l’application Nautilus GPS sur votre téléphone pour cette étape. La documentation en ligne mis à disposition explique clairement comment configurer et tester le Nautilus mais le « jargon » des fréquences SIA ou ASN, ou des numéros MMSI peut être difficile à appréhender si on en a jamais entendu parler.

Il est judicieux d’étudier la documentation tranquillement à la maison avant de partir en vacances, où vous n’aurez pas nécessairement internet pour pouvoir télécharger l’application, ni le temps de configurer correctement la balise.

Comment le signal est-il envoyé ?

Une fois activée, la balise vous localise et enregistre votre position GPS. L’information est ensuite envoyée par ondes radio sur le canal d’urgence des bateaux autour de vous. Tous les pays ne fonctionnent pas de la même manière en ce qui concerne les ondes radio. C’est pour ça qu’il est indispensable de sélectionner sa région dans l’App Nautilus et de correctement configurer l’appareil en fonction d’où l’on va plonger.

Les spécifications du Nautilus Lifeline

Pour ceux qui s’y connaissent un peu en ondes radio, voici les spécifications du Nautilus telles que communiquées par son fabricant :

Puissance de transmission SIA (AIS Transmit Power) 1 Watt
Fréquence SIA (AIS Frequency) 161.975 and 162.025 MHz
Puissance de transmission ASN (DSC Transmit Power) 0.5 Watt
Fréquence ASN (DSC Frequency) 156.525 MHz
Messages Appel de détresse individuel, Alerte de détresse
Plages de température extérieure -25°C – +55°C
Etanchéité 130 mètres avec le clapet fermé. Résiste aux éclaboussures lorsque le clapet est ouvert.
Dimensions 75 x 97 x 39 mm
Poids 131g avec les 2 piles

L’appareil fonctionne avec deux piles CR123 3V. La marque conseille de changer les piles tous les 5 ans. Histoire de ne pas oublier, il est possible d’inscrire sur le boitier du Nautilus le mois et l’année à laquelle vous prévoyez de changer vos piles.

Au dos de l’appareil, une étiquette résume les informations importantes :

Chaque balise possède son propre numéro MMSI (Maritime Mobile Service Identity). Ce numéro unique est attribué à chaque appareil pour l’identifier sur les ondes radio VHF.

Les limites du Nautilus LifeLine

– Envoyer son signal GPS avec le Nautilus n’appelle pas les secours médicaux

Le Nautilus Lifeline a pour « vocation » d’établir un signal et d’envoyer votre position GPS aux bateaux présents dans un rayon de 55 km. La marque Nautilus l’indique clairement sur son site : « Ce dispositif radio est uniquement conçu pour fournir une capacité de localisation et d’alerte à proximité d’un navire ». La balise ne va pas appeler les secours ou déclencher un plan d’urgence. Sur cette version du Nautilus, on ne peut pas communiquer oralement avec son interlocuteur. 

  • Le Nautilus Lifeline envoie un signal aux bateaux… qui ont une radio

« C’est logique «  me diriez-vous… Tout à fait ! Mais ce petit détail à toute son importance quand on part plonger dans des endroits très reculés et peu développés où les seuls bateaux possédant une radio sont ceux des opérateurs de plongée (quand ils en ont…). Il est précieux de vérifier que l’opérateur de plongée chez lequel vous avez prévu d’aller possède une radio sur chacun de ses bateaux.

Quel est le prix du Nautilus LifeLine ? Où l’acheter ?

Le prix du Nautilus LifeLine est d’environ 200€ (pour la nouvelle version). Les prix pouvant être changés à tout moment.

Nous l’avons acheté sur internet, la boutique proche de chez nous n’ayant plus de stock. Même sur internet les délais de livraison peuvent être longs.

Y-a-t’il un équivalent au Nautilus ?

Nous avons regardé s’il existait une balise GPS moins chère sur le marché.A notre connaissance non. 

Il existe différentes balises de détresse personnelles mais Nautilus Lifeline semble être la seule étanche à 130 mètres. Nous avions regardé la balise PLB1 RESCUE ME d’Ocean Signal. Elle est plus ou moins au même prix, mais elle n’est étanche qu’à 15 mètres. Elle n’est donc pas idéale pour les plongeurs.

Nous sommes curieux de savoir ce que vous pensez de ce dispositif de sécurité supplémentaire. N’hésitez pas à nous laisser un commentaire !

Et surtout, bonnes bulles !

Laisser un commentaire