Conseils pour soigner l'otite externe

Otite du plongeur: comment l’éviter et la soigner?

In Astuces plongée by Anne-Sophie5 commentaires

Vous êtes en plein milieu de vos vacances, vous plongez tous les jours. Un matin, votre oreille gratte et commence à faire mal. Il y a de grandes chances que vous soyez entrain de développer une otite externe. Très peu de plongeurs passent à côté de cette infection. Elle est à juste titre appelée « otite du baigneur » ou « otite du plongeur », puisqu’elle s’attrape au contact de l’eau.

L’idée de cet article nous est venue à la suite d’une de nos croisières à Raja Ampat. Marco et moi avons eu coup sur coup chacun une otite, au milieu de nulle part, sans avoir apporté quoique ce soit pour nous soigner. C’était la première fois que nous avions une otite…

Que vous cherchiez quel traitement ponctuel utiliser pour soigner rapidement votre otite, ou que vous cherchiez à savoir comment éviter d’en attraper une, vous êtes au bon endroit. On passe en revue tout ce qu’il faut savoir pour que vous puissiez vous-même gérer au mieux cette satanée otite externe.

Avant d’aller plus loin :

Cet article est le fruit de recherches personnelles et les conseils qui y sont donnés le sont à titre purement informatif. Si vous êtes en voyage et que vous avez un doute quant à ce qu’il arrive à votre oreille, contactez sans attendre votre assurance santé voyage ou plongée. En tant que plongeur, nous ne pouvons que vous conseiller de partir plonger avec une assurance proposée par DAN (Divers Alert Network).

Pourquoi DAN et pas une autre assurance ? C’est un choix personnel, nous les avons choisi il y a 6 ans parce qu’ils sont 100% spécialisés dans la pratique de la plongée, qu’ils mènent régulièrement des recherches médicales pour améliorer la sécurité des plongeurs et que leur hotline est assurée par un personnel médical spécialisé en médecine hyperbare.

N’hésitez pas à lire notre article sur l’assurance plongée que nous avons publié il y a quelque temps, tout reste d’actualité. Pour ceux qui s’y prendraient au dernier moment, la souscription est immédiate.

Quelles sont les causes de l’otite du plongeur ? Comment se développe-t-elle ?

L’otite du plongeur est une infection du conduit auditif externe (d’où son nom d’otite externe). Elle apparaît généralement à la suite de plongées répétées : la stagnation de l’eau dans l’oreille et l’humidité quasi-constante dans le conduit auditif sont les principales causes de l’apparition de cette infection. Ces deux facteurs affectent la couche protectrice de cérumen que nous avons au niveau du conduit auditif externe. Sans cette protection naturelle, l’oreille externe est moins protégée et les bactéries en profitent pour se développer et provoquer une otite. Le cérumen, c’est cette matière un peu jaune que vous pouvez retrouver sur votre coton-tige ou sur votre auriculaire quand vous vous grattez l’oreille. Loin d’être inutile ou sale, c’est lui qui protège la peau très fine de nos oreilles du contact avec l’eau et l’humidité. Par conséquent, il nous protège du développement des bactéries.

Si vous retirez trop souvent le cérumen de vos oreilles, ou si vous avez l’habitude de vous curer les oreilles avec un coton-tige, c’est mal ! 

  • Dans le premier cas, vous retirez cette fameuse couche protectrice et vous vous exposez donc à un plus grand risque d’infection.
  • Dans le deuxième cas, vous risquez de créer un bouchon de cérumen. Ce bouchon de cérumen peut bloquer l’eau dans votre oreille une fois la plongée terminée, et augmenter par la même occasion la probabilité d’attraper une otite. Dans des cas plus rares, en obstruant le conduit auditif, le bouchon de cérumen peut être à l’origine d’un barotraumatisme de l’oreille externe.

A noter également que plus l’eau dans laquelle vous vous baignez ou vous plongez est chaude, et moins l’eau « se renouvelle » (l’eau d’une piscine ou d’un lac par rapport à l’eau des océans par exemple), plus il y aura de bactéries et de microbes dans l’eau susceptibles d’aller se loger dans vos oreilles (miam).

Quels sont les symptômes de l’otite externe ?

Une petite douleur ressentie par hasard, en mastiquant ou en se touchant machinalement l’oreille, lorsqu’on s’habille ou qu’on met son masque de plongée par exemple, est une bonne indication que quelque chose se trame. C’est souvent comme ça que l’infection commence à se manifester. 

Tirez-vous le lobe de l’oreille. Si vous sentez une douleur, c’est bien une otite externe.

consultation médecin

La douleur augmente rapidement, l’oreille démange. L’otite externe est généralement sans gravité et dure entre 5 et 7 jours.

Si l’infection a déjà évolué, du liquide peut s’écouler de l’oreille et on peut ressentir une perte d’audition légère en même temps que le conduit auditif se bloque.

schéma otite externe

Au risque de radoter, en tant que plongeur, il est indispensable de prendre sérieusement des signes de perte d’audition, même légers : en fonction de ce qu’il a pu se passer sous l’eau, la perte d’audition peut révéler non pas une otite externe mais un barotraumatisme. S’il vous est possible d’obtenir l’avis d’un médecin local ou via la hotline de votre assurance plongée, n’attendez pas. Un barotraumatisme doit être traité le plus tôt possible pour être soigné au mieux.

Lorsque nous travaillions comme responsables de centre de plongée, les clients nous demandaient souvent si une otite pouvait provoquer des vertiges. La réponse est non. Les vertiges après une plongée ne sont pas les symptômes d’une otite externe. Cependant, ils doivent être surveillés de près par vous-même et votre entourage. C’est bien entendu à vous de juger en fonction du contexte, mais des vertiges peuvent, entre autre, être provoqués par un tympan perforé. 

Moment radotage #2 : si les vertiges sont sévères et perdurent, il est préférable d’appeler votre assurance plongée et consulter un médecin le plus rapidement possible. Il est recommandé d’arrêter de plonger jusqu’à ce que vous ayez été pris en charge d’une manière ou d’une autre.

Quel traitement pour soigner rapidement une otite externe ?

Voici quelques conseils de traitement si vous êtes en pleine croisière plongée ou si vous n’avez pas immédiatement accès à un centre de soins.

Important
Ces conseils généraux sont connus des professionnels de la plongée et nous avons fait relire cet article par une médecin généraliste. Mais VOUS restez responsables de votre propre santé. Vous pouvez être allergique à un médicament ou avoir une quelconque pré-disposition qui nécessiterait un traitement particulier. Aucun article ou avis sur internet ne doit prévaloir sur un avis médical et nous ne pouvons être tenus responsable en cas d’aggravation de votre état si vous avez suivis ces conseils.

Une association d’antibiotiques, d’antalgiques et d’anti-inflammatoires

Dans la plupart des cas, l’otite externe se soigne grâce à des gouttes auriculaires antibiotiques (le plus souvent contenant de l’amoxiciline, mais pas toujours). Certaines gouttes auriculaires ne doivent surtout pas être utilisées en cas de perforation du tympan, il est nécessaire de lire la notice avant toute utilisation.

Pour avoir travaillé à Raja Ampat où l’accès aux soins est plus que relatif, nous pouvons confirmer l’efficacité des gouttes Otopain, antibiotique et antiseptique directement indiqué dans le cas d’otite externe. Vous devriez en trouver dans les officines en Indonésie.

Vous n’avez pas de gouttes antibiotiques avec vous ? Demandez à votre directeur de croisière ou au responsable du centre de plongée. Ils auront sûrement des gouttes antibiotiques, ou de l’alcool boriqué. D’autres plongeurs auront peut être également de quoi vous dépanner, demandez autour de vous 🙂

Comment utiliser de l’alcool boriqué en cas d’otite ?

L’alcool boriqué est une solution antiseptique assez efficace dans le traitement d’une otite externe. Une fois l’oreille rincée et séchée, instillez 4 à 5 gouttes dans l’oreille infectée 2 à 3 fois par jour, la tête penchée sur le côté. Évitez de toucher votre oreille avec la pipette lors de l’administration des gouttes. Attendez quelques secondes que le produit descende bien dans l’oreille. Si vous sentez un petit picotement, c’est que votre oreille est infectée. L’alcool, en plus de désinfecter, va permettre d’assécher le conduit auditif – et donc d’éviter la macération – et ainsi limiter la propagation des germes à l’origine de l’otite.

Si l’otite est douloureuse, la prise d’anti-inflammatoire (type ibuprofen) et d’antalgique (type paracétamol) est conseillée. Si vous vous savez allergique à un quelconque médicament, appliquez la loi du bon sens et renseignez-vous avant de partir pour prendre les anti-inflammatoires et antibiotiques qu’il vous faut. Les responsables de centre de plongée sont rarement médecins et ne pourront vous fournir que ce qu’ils ont sous la main.

Petit lexique si vous manquez de vocabulaire en anglais :

« Mon oreille gratte et me fait mal. » : « My ear is itchy and painful. »
« Je pense avoir une otite externe, avez-vous des gouttes auriculaires antibiotiques / de l’alcool boriqué ? » : « I think I have come down with an otitis externa, would you have antibiotic ear drops or boric alcohol ? »
« Avez-vous des anti-douleurs contre le mal de tête? » : « Do you have some painkiller for headache ? »

Durée du traitement

La durée du traitement avec des gouttes auriculaires est généralement de 5 à 7 jours et il est préférable de ne pas trop attendre avant de commencer à se soigner. Plus vous attendez, plus le conduit auditif gonfle, moins les gouttes pourront pénétrer, plus vous augmentez vos chances de devoir vite trouver un médecin.

Peut-on plonger avec une otite externe ?

L’otite externe n’entraîne pas une lésion qui pourrait être dangereuse pour la pratique de la plongée donc en théorie oui, on peut plonger avec une otite. Mais ce n’est pas comme ça que vous en arriverez à bout.

Si vous avez commencé à mettre des gouttes dans votre oreille, il est conseillé de ne pas mettre la tête sous l’eau pendant la durée du traitement. Votre conduit auditif a besoin de se débarrasser de son infection et de recréer sa couche de protection.

Mais si arrêter de plonger pendant vos vacances est impensable (après tout, on part souvent plonger qu’une ou deux fois par an, on n’imagine pas qu’une otite puisse gâcher ça) pensez à bien vous rincer les oreilles à l’eau claire après chaque plongée et à les sécher correctement. Lors des trajets en bateau, couvrez-vous bien les oreilles et évitez de les exposer au vent. Evitez aussi savon et shampooing dans l’oreille et séchez-vous bien les oreilles après la douche.

Prendre l’avion avec une otite, c’est possible ?

Avec une otite externe oui, il est possible de prendre l’avion puisque ce type d’otite n’entraîne pas de problème d’équilibrage. Dans le cas d’une otite de l’oreille moyenne par exemple, prendre l’avion est cependant déconseillé.

Comment éviter l’otite du plongeur ?

Ca commence avant de partir en vacances, avec une bonne hygiène des oreilles

On évite de se gratter les oreilles avec autre chose que son petit doigt (posez votre stylo tout de suite !) et on évite le coton tige. Encore une fois, le coton tige est souvent utilisé trop profond dans l’oreille, ce qui peut entraîner la formation de bouchon de cérumen. Et on irrite le conduit auditif par la même occasion. En cas de suspicion de bouchon, il est préférable de consulter un médecin pour qu’il le retire, même si on trouve 1001 astuces de grand-mère sur internet. N’oubliez pas que ce sont vos vacances de plongée qui sont en jeu !

Pour les personnes qui produisent trop de cérumen, ou pour celles qui souhaitent simplement se nettoyer les oreilles avec autre chose que leur auriculaire, il existe des sprays pour cet usage exclusif.

On part plonger bien préparés

Prévoyez de partir en vacances avec votre petit armada anti-otite :

  • Petite bouteille d’huile d’amande douce.
    Appliquée sur le pourtour du conduit auditif externe avant chaque plongée, elle le lubrifie et « protège » l’oreille des bactéries.
    A utiliser en prévention.
  • Bouteille d’alcool boriqué à saturation – demandez à votre pharmacien de vous préparer cette solution.
    Pour les amateurs de Do It Yourself et si vous souhaitez quelque chose de moins « agressif » que l’alcool boriqué, vous pouvez vous préparer une solution de vinaigre blanc comestible dilué 4 à 5 fois dans de l’eau bouillie et vous rincez les oreilles avec.
    A utiliser en cas d’otite externe suspectée ou avérée.
  • Gouttes auriculaires antibiotiques que vous aurez choisies avec votre médecin/pharmacien.
    A utiliser en cas d’otite externe avérée.

Pour les personnes aux oreilles fragiles ou qui veulent éviter les otites à tout prix, il existe un masque de plongée qui protège les oreilles de l’eau : le masque de plongée PRO EAR. Ce type de masque possède un capuchon de chaque côté à placer sur les oreilles, les laissant au sec même sous l’eau.
Beaucoup de personnes n’osent pas l’utiliser parce qu’on a vite fait de ressembler à un Teletubbies avec. Pourtant, ce masque a deux avantages non négligeables :

  1. Les oreilles restent au sec pendant la plongée : le risque d’attraper une otite externe devient presque nul.
  2. L’eau n’exerce pas directement de pression sur vos oreilles : l’équilibrage est plus facile.

Comment ça marche ?

Les capuchons des oreilles ont un pourtour en silicone qui va isoler votre oreille de l’extérieur (certaines personnes nous ont rapporté qu’il pouvait y avoir une toute petite infiltration d’eau de temps en temps). Ces capuchons sont reliés à l’avant du masque par un tube de chaque côté. Chaque tube possède une vanne unidirectionnelle : vous pouvez souffler par le nez pour équilibrer l’ensemble du masque, mais si de l’eau s’infiltre dans l’un de vos capuchons, elle ne viendra pas inonder votre masque.

La marque IST propose différents modèles pour adultes, en masque noir ou transparent, et un modèle enfant. Il est possible de mettre des verres correcteurs sur le modèle pour adulte transparent.

Pour les plus gros budgets, Scubapro a également développé son propre masque Pro Ear, sur lequel il est également possible de poser des verres correcteurs.

On adopte les bons réflexes une fois en vacances

Après chaque plongée, idéalement immédiatement à la sortie de l’eau, rincez-vous bien les oreilles à l’eau claire – l’eau que l’on vous propose à boire après chaque plongée fait parfaitement l’affaire. Séchez vos oreilles et protégez-les du vent avec votre serviette jusqu’à votre retour à l’hôtel ou au bateau.

Alors que l’utilisation d’huile d’amande douce en prévention d’une otite est une excellente idée, ce n’est pas le cas de l’alcool boriqué qu’il est déconseillé d’utiliser en prévention. En effet, si on désinfecte en permanence alors qu’il n’y a rien à désinfecter, nos oreilles ne se protégeront plus des attaques extérieures et deviendront plus fragiles. Un peu comme les antibiotiques qui deviennent inefficaces si on en abuse.

Nos oreilles nous sont indispensables pour plonger. A nous d’en prendre le plus grand soin pour ne pas se gâcher les vacances.

Et vous, quelles sont vos astuces pour lutter contre cette otite du plongeur ? N’hésitez pas à partager vos expériences en commentaire de cet article.

Bonnes bulles !

Commentaires

  1. Mon moniteur de cave J’ai fait preparer un mélange 50% alcool médical et 50% vinaigre blanc. 2 gouttes dans chaque oreille après la dernière plongée du jour et pas de problème

    1. Auteur

      Bonjour Karim, merci pour ton commentaire ! Encore un mélange de plus qu’il est simple de faire préparer… Finalement c’est assez facile de mettre toutes les chances de son côté pour plonger sans (trop) risquer une otite. Le plus compliqué pour certains sera de ne pas oublier de mettre sa préparation dans sa valise 😉

  2. Bonjour,
    J’utilise globalement la même méthode sauf que j’utilise l’alcool boriqué en prévention. Mais c’est probablement un bon conseil de ne pas le faire en prévention pour ne pas habituer l’oreille. Je note.
    Ce que je fais en plus ( sur conseil de mon médecin ) la semaine qui précède la plongée c’est un bon nettoyage des sinus : rinçage quotidien, le soir avant de se coucher, avec du sérum physiologique ( eau salée). Des sinus bien dégagés diminueront la pression au niveau de l’oreille et préviendra de l’accumulation de sécrétions. De plus l’équilibrage lors de la plongée est également grandement facilité.
    J’ai des oreilles très fragiles et j’ai noté une amélioration sensible depuis que j’utilise ce conseil en plus des autres.

    1. Auteur

      Bonjour Marc,
      Merci pour ton commentaire! C’est tout à fait vrai que les sinus sont tout aussi importants que les oreilles en plongée. Des sinus congestionnés, c’est aussi le risque d’un barotraumatisme. Alors on en prend bien soin, merci pour cet excellent conseil !

Laisser un commentaire