Que faire à l’Ile Maurice en une journée ?

Un camaïeu de couleurs à Chamarel, Ile Maurice

Avant de débuter ce post à propos de notre journée en voiture à sillonner l’Ile Maurice, j’aimerais quand même préciser une chose, et dans un sens, faire un peu notre « mea-culpa ». Peut être face à un trop grand soulagement d’être en vacances, et un besoin de repos non négligeable, nous ne nous sommes pas donnés tous les moyens pour découvrir cette magnifique île. En effet, sur une semaine, il est fortement conseillé de passer deux ou trois jours à travers l’île, afin de la visiter comme elle le mérite.

Nous avons loué une voiture pour un jour seulement, le reste de notre temps ayant été bien occupé à siroter des cocktails sur nos chaises longues ou à essayer de battre des records de vitesse sur notre Hobie-cat en plastique (essayez c’est très marrant!). Nous nous sommes concentrés sur le sud-ouest de l’île, et ce que nous avons pu voir en un jour nous a donné un aperçu de ce que l’Ile Maurice a à offrir. L’île ne compte pas beaucoup de routes, et une carte approximative fait très bien l’affaire pour se retrouver. Nous n’indiquerons donc pas les routes pour se rendre à tel ou tel endroit. Histoire de laisser aussi un petit grain d’aventure…

Chamarel et sa Terre des couleurs

Chamarel est un tout petit village au sud-ouest de l’île, où l’on peut facilement passer une demi-journée. Beaucoup l’ignorent, mais l’Ile Maurice produit du très bon rhum, et Chamarel fait partie des villages producteurs, avec sa rhumerie qu’il est possible de visiter. Lors de notre passage, la rhumerie était à l’arrêt donc sans intérêt, mais tout était prévu pour permettre aux visiteurs de repartir tout de même avec des bouteilles, puisque celles-ci sont en vente au guichet d’entrée. Attention tout de même à garder en tête la franchise d’alcool en vigueur dans votre pays d’origine (plus de détails en consultant ces liens pour l’Union Européenne et la Suisse).


Mais Chamarel est davantage connu pour être le lieu d’un phénomène géologique très rare où des terres de différentes couleurs (on en compte sept) ne se mélangent jamais: la Terre des couleurs. On a du mal à croire que ces terres dont la couleur oscille entre l’ocre, le mauve, le marron ou le rouge sont en fait des cendres volcaniques de plusieurs siècles. Le rendu du spectacle dépend énormément de la météo. Ainsi, on aura beaucoup plus de chance d’avoir un dégradé merveilleux sous un soleil radieux. Le jour de notre visite, le soleil était voilé…

Si la météo n’est pas au beau fixe, on pourra toujours aller s’amuser à observer les quelques tortues géantes installées juste à côté.

L’entrée est payante, entre 75 et 125 roupies, en fonction de votre âge.

Entre Chamarel et Bois Chéri

Sur la route entre Chamarel et Bois Chéri, on peut s’arrêter aux gorges de la Rivière Noire. C’est un endroit où tous les touristes s’arrêtent pour casse-croûter. Pour ceux qui veulent prendre leur temps, une soixantaine de kilomètres de sentiers ont été tracés dans ce parc national. Comme nous n’avions pas prévu de passer du temps ici, nous avons parcouru quelques centaines de mètres sur le premier sentier s’offrant à nous. De jolies cascades sont à voir, mais pour nous, rien de bien transcendant. Nous avons rapidement passé notre chemin.

Continuant notre route, nous sommes tombés nez à nez avec une immense statue aux inspirations asiatiques, qui nous a laissé un peu pantois. Mais qu’est ce qu’elle fait là? Nous étions en fait arrivé à Grand Bassin, et la statue représente Shiva. Le petit lac de Grand Bassin est un lieu de pèlerinage pour la population hindouiste de l’île, qui s’y rend pour se purifier.

Bois Chéri et ses plantations de thé

Nous ignorions que l’Ile Maurice produisait du thé. Et pourtant! En arrivant aux alentours de Bois Chéri, nous traversons d’immenses plantations de thé, qui nous amènent à l’usine de fabrication. De l’arrivée des sacs pleins de feuilles à l’emballage des sachets de thé dans leurs boîtes, il est possible d’assister à toutes les étapes de la transformation du thé.

C’est une visite très intéressante (prix d’entrée 12 EUR) qui se termine par une dégustation des thés dans le restaurant panoramique du domaine (et bien oui, il faut bien appâter le chaland tout de même!).

Les thés ne sont pas extraordinaires, mais la visite vaut le coup quand même. Arrivez le matin si vous souhaitez voir l’usine en fonctionnement. Pour les grands amateurs de thé, il est possible de parcourir la Route du thé, en visitant trois endroits de l’île qui ont fait l’histoire du thé à Maurice.

Après cette demi-journée bien chargée, il était temps pour nous de quitter les hauteurs de Maurice pour nous rapprocher de l’océan.

Articles similaires

Laissez un commentaire, ça nous fait plaisir !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.