Plonger dans l’atoll d’Ari, nous en avons rêvé, nous l’avons fait!

L'île du Kandolhu, aux Maldives

L’atoll d’Ari fait partie des atolls maldiviens les plus réputés pour la plongée. On avait donc hâte de découvrir tout ça. Les plongées au Kandolhu sont gérées par le centre Noovilu Sports. Un centre très pro! Sont organisées chaque jour deux plongées consécutives le matin et une l’après-midi, dans un bateau tout confort, avec toilettes et douche s’il vous plaît! Sans oublier la petite serviette fraîche après la plongée, et les fruits frais. Service cinq étoiles!

Nous n’avons jamais dérogé à la règle du briefing pré-plongée, et les palanquées ont toujours été d’une taille raisonnable.

Petit tour d’horizon des quelques plongées qui nous ont particulièrement marqués.

Mise à jour : nous avons découvert le site Diveglobal. Il possède plusieurs pages 100% dédiées aux Maldives, dont une très intéressante qui regroupe les différentes régions de plongée par atoll.

Station de nettoyage des raies manta: Dhiggaru + Kandu (Atoll Ari Sud)

La partie Sud de l’atoll d’Ari est réputée pour ses « gros ». C’est par là bas que nous avons le plus de chances de rencontrer requins baleines et raies manta. Nous sommes partis un journée plonger là bas, à environ deux heures de bateau du Kandholu.

Première immersion au-dessus d’une des stations de nettoyage des raies manta à Dhiggaru. Pas de courant, mais pas de raie manta non plus! Pendant 45 minutes, on prend notre mal en patience. On en profite pour essayer de réussir nos photos, de temps en temps, on lève la tête histoire de voir si les mantas ont daigné venir nous voir. Quatre ou cinq finissent par montrer le bout de leurs cornes, mais tellement loin qu’on les distingue à peine. Entre temps, un remora un peu paumé s’est approché de nous, avec une ferme attention de s’accrocher à un plongeur de notre palanquée. Impossible de lui faire comprendre que ce n’était ni un requin, ni une raie, ni aucun poisson auquel il aurait pu s’accrocher!

Les yeux sur l’ordinateur de plongée, on voit le temps passer, l’air de la bouteille s’amenuiser, et on désespère un peu. C’est le jeu ma pauvre Lucette, les mantas ne viennent pas sur commande! Oui je sais, mais bon, quand même, deux heures de bateau pour venir voir les mantas, elles auraient pu faire un effort 🙂 Seulement deux minutes après ce dialogue avec moi-même, Madame manta a fini par se montrer! Et n’a pas boudé sa prestation. Au-dessus d’un petit pinacle, elle s’est mise à passer et repasser, nous recouvrant de son ombre à chaque passage.

Malheureusement, dans l’atoll d’Ari et aux Maldives en général, les plongées sont limitées à 60 minutes (ou 50 bar). Il faut bien se résoudre à remonter…

Alors que nous finissions notre déjeuner sur le bateau, au loin, nous apercevons un groupe de dauphins. Nous avons très souvent croisé la route de dauphins lors de nos sorties bateau aux Maldives. Mais jamais ils ne sont venus jouer avec le bateau, ou ne se sont assez approchés pour que nous puissions bien les voir. Mais cette fois-ci, la chance est avec nous! Le groupe s’approche… Ian, l’instructeur, enfile en vitesse ses palmes, prend son masque et saute à l’eau. Vite, nous aussi! C’est comme ça que nous nous sommes retrouvés dans l’eau avec ce groupe de dauphins, une quinzaine d’individus au total. Sans s’approcher complètement, ils nous ont laissés les suivre depuis la surface pendant quelques minutes, provoquant un sprint à chaque fois qu’on les voyait remonter à la surface pour respirer. C’est dingue comme les efforts paraissent moins pénibles quand on court (ou nage!) après quelque chose qu’on apprécie. Quel intervalle de plongée en tout cas! Il est passé tellement vite que le temps de remonter sur le bateau, il était déjà l’heure de remettre la combi pour notre deuxième plongée du jour, à une autre station de nettoyage, Kandu.

Cette fois-ci, les mantas n’ont pas mis autant de temps pour venir, et nous ont offert un spectacle tout aussi beau que lors de notre première plongée. Elles sont malheureusement vite parties, et nous avons commencé à palmer histoire de voir un peu ce qu’il pouvait y avoir autour des pinacles. Et c’est au moment du palier de sécurité, que 15 mètres plus bas, Madame manta est venu nous dire au revoir d’un mouvement d’aile magistral…

Fish head

Avant de se mettre à l’eau, Yvonne, l’instructrice, nous avait prévenu: « Attention, dès que vous allez descendre, des poissons chirurgiens vont venir se frotter à vos bulles, ne faites surtout pas de gestes brusques au risque de vous écorcher sur leurs petites « lames » qu’ils ont près de leur nageoire! » Mais c’est quoi cette histoire?! Il ne nous a pas fallu plus d’une minute sous l’eau pour comprendre de quoi elle parlait. Chaque plongeur avait un ou deux poissons chirurgiens au dessus de la tête, qui se grattaient le « ventre » avec les bulles qui sortaient du détendeur. Fous rires garantis!

Après ces quelques moments de jeu avec les poissons chirurgiens, nous avons tranquillement continué notre plongée, et nous nous sommes enfoncés dans une masse de magnifiques balistes à dents rouges, qui virevoltaient autour de nous. Au milieu de la plongée, des poissons cochers par milliers arrivaient même à nous cacher la vue sur un requin de récif qui paraissait vraiment énorme! Et qui passait, calmement, au loin devant nous.

En zigzagant au dessus du thila, on se retrouvait tour à tour entourés de carangues, de fusiliers, ou on tombait nez à nez avec une tortue si occupée à manger qu’elle ne nous remarquait même pas.
Bref, une plongée mémorable.

Et voici en bonus quelques photos de nos amies les tortues rencontrées lors de nos sorties snorkeling sur le récif intérieur du Kandolhu, toujours dans l’atoll d’Ari.

Articles similaires

Laissez un commentaire, ça nous fait plaisir !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.